Subvention de l'État : l'enseignement privé de base à l'épreuve du respect du cahier des charges.

Subvention de l'État : l'enseignement privé de base à l'épreuve du respect du cahier des charges.

C’est le sens du conclave des 17 et 18 août de la commission nationale de l’enseignement privé de base présidée par Laurent Serge ETOUNDI NGOA

elles ne sont pas un cadeau de l’État en direction des responsables des établissements qui les  utilisent à des fins personnelles. Même si elles arrivent souvent à l’improviste, après moultes  tractations pour les avoir, les subventions de l’État pour les établissements privés sont une volonté clairement affichée des pouvoirs publics Camerounais d’appuyer cette structure qui les accompagne dans l’éducation et la formation des Camerounais.

Des critères de sélection au canevas des dépenses, les textes en vigueur ont  tout prévu.

Dans un arrêté du Ministre de l’éducation de base Laurent Serge ÉTOUNDI NGOA  signé le 04 juin 2021, le gouvernement camerounais précise que la subvention financière de l’État est entre autres destinée au paiement des compléments des salaires des personnels administratifs et enseignants, à l’encouragement des établissements au rendement scolaire performant, au renforcement des capacités financières et infrastructurelles des établissements en difficulté situés en zone d’éducation prioritaire, à la formation initiale et continue des personnels multiformes en tant que de besoin, aux organisations des fondateurs.

Un Canevas de dépenses bien défini d’une dépense de l’État qui se chiffre en milliards de francs CFA 6,5 milliards en 2020 pour les exercices 2018 2019.

Une sorte de garde-fou donc.

 Afin de mieux encadrer et réguler le secteur, des critères d’éligibilité à la portée de tout établissement sérieux. Ainsi, pour que l’État du Cameroun accorde une subvention, l’établissement doit à minima bénéficier d’un statut légal,  avoir au moins 03 ans de fonctionnement effectif consécutifs , disposer d’un personnel enseignant qualifié recruté sur la base d’un contrat de travail, souscrire à une police d’assurance auprès de la CNPS et justifier des versements, présenter de bons résultats aux examens officiels et procéder au dépôt d’un dossier de demande en bon et due forme entre autres .

Toutes mesures prises  pour rentabiliser cet autre type d’investissement de l’État.

Rolande AGONG

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.