Arrêté préfectorale : L'indignation des chauffeurs d’engins lourds

Arrêté préfectorale : L'indignation des chauffeurs d’engins lourds

Les accidents mortels causés par les poids lourds, dans la ville de Douala inquiètent le gouvernement. Une note du préfet du Wouri vient sommer les horaires de circulation de ces engins et indigne plus d’un.

En effet, l’arrêté préfectorale interdit la circulation des camions poids lourds. Aussi, Les véhicules de même catégorie dans la ville de Douala, de 7h du matin à 21h. Au regard des accidents mortels qui prévalent dans la capitale, Benjamin MBOUTOU, le préfet du wouri s’interroge : <<imaginez qu’il y’ait une bille de bois qui échoue à ndokotti centre, comme ça s’est passé du côté du marché de ndog-passi, quelle sera le bilan ?>> Telle est la question qui préoccupe le patron du département.

L’indignation des chauffards d’engins face à l’arrêté préfectorale

Cependant, il est à noter que cette décision n’est pas une première dans la ville de Douala. Les conducteurs de poids lourds vont-ils respecter la décision préfectorale ? face à cet arrêté, les chauffards des engins pointés expriment leur indignation. C’est le cas de Charles TONFACK, qui fait savoir ce qui suit : <<je suis habitué à travailler en journée. Se conformer à l’arrêté préfectorale va être très compliqué.>>

De même, pour Julien edgar, cette même décision avait déjà été prise en 2014. Un peu plus loin, il s’interroge : << si celle de 2014 avait été boycottée, il en serait de même pour 2021.>> Bref, la plupart des conducteurs rencontrés proposent plutôt d’ouvrir les voies. Mais le syndicat des transports veille au grain, pour la lutte contre les accidents. Même si cette décision semble ne pas être la bienvenue.

Toutefois, Ceci semble être la décision qui a réuni en conclave le GTTC (Groupement des Transporteurs Terrestres du Cameroun) ce 21 mai à Douala. Afin d’aider le gouvernement à prendre des mesures plus fermes sur la question de la sécurité routière. Eu égard cette décision du préfet du Wouri, Un célèbre chanteur camerounais faisait déjà remarquer ce qui suit : <<La route ne tue pas, mais c’est nous qui tuons à cause de nos nombreuses maladresses. >> Alors, les forces de maintien de l’ordre doivent veiller au strict respect de la mesure préfectorale, sans se laisser corrompre.

Ainsi, les raisons du préfet du Wouri sont claires. Ceci dit, que les forces de maintien de l’ordre ont désormais du pain sur la planche. Ils doivent veiller au respect de la mesure préfectorale, qui vise à réduire le taux d’accident mortel sur nos routes. Par contre, les camions des services sanitaires, des hydrocarbures et ceux transportant les vivres frais ne sont pas concernés par l’arrêté.

Martial SOP

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.