Cameroun : Les ambitions démesurées de Célestin Djamen

Cameroun : Les ambitions démesurées de Célestin Djamen

Né à Douala le 16 Janvier 1967 de parents Bangangté dans l’ouest Cameroun, célestin djamen échappe de justesse à une carrière de prêtre. En 1977, alors que son père fervent Catholique, envisage de le scolariser au séminaire Saint –Paul de NYLON. Le jeune Djamen refuse catégoriquement et préfère un parcours académique ordinaire.

Celestin Djamen poursuit ses études en France

En 1985, Célestin Djamen foule le sol français pour poursuivre ses études supérieures en Droit. il s’inscrit en Faculté de droit (Paris II, PANTHEO-ASSAS), il y fait ses premiers pas en politique. Il s’engage d’abord pour le FRONT NATIONAL puis devient militant du parti socialiste (PS).

 En 2007, il bat campagne pour Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy. La même année, il obtient sa carte de militant au PS. Il refuse par la suite de se naturaliser français.

Les liens avec la diaspora  camerounaise en France

Très connu dans le milieu politique en France, Célestin Djamen se rapproche de la diaspora camerounaise et s’engage au sein du SDF. En 2010, il dépose plainte pour « recel de détournements de fonds publics » contre le président Paul Biya, soupçonné de posséder un patrimoine immobilier en France.

  

De retour au Cameroun, il renoue avec le SDF dans l’arrondissement de Douala 1er aux côtés de son ami Lotin Samé. Ses camarades le décrivent comme un homme ambitieux, un politicien acharné. Sa passion pour le parti inquiète certaines figures montantes du parti à l’instar de Joshua osih qui voient en lui un potentiel concurrent.

En Octobre 2012, il est le seul candidat au poste de quatrième vice –président, le fondateur du parti NI John fru NDI freine son ascension et le nomme à un poste plus bas et moins convoité « secrétaire national au droit de l’homme et des peuples »

En 2013, il accède au premier et seul poste électif de sa carrière politique à l’issue des élections locales .il intègre donc, le conseil Municipal de la Mairie de Douala 1er en qualité de conseiller Municipal.

En 2018, à l’approche des élections présidentielles, la guerre du leadership fait rage au sein de sa formation politique, lassé par ces crises multiformes, Djamen démission du parti. La même année et avant les élections présidentielles, il dépose ses valises au MRC. Après le boycott des élections législatives et Municipales de Février 2020, Djamen n’hésite pas à critiquer publiquement la stratégie de son parti .il quitte définitivement le MRC en 2021 et crée son propre parti politique « APAR » ALLIANCE PATRIOTIQUE REPUBLICAINE. Qui veut changer l’univers politique au Cameroun et tourner la page à la vieille opposition.

Faustin kamgue

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.