Cameroun : les petits mots du président sur la grande crise sociale

Cameroun : les petits mots du président sur la grande crise sociale

Au soir du 31 Décembre 2020, le peuple camerounais attendait impatiemment le discours du Président de la République, qui depuis plusieurs mois n’avait pas fait des sorties publiques pour s’exprimer sur la grande crise sanitaire et sociale qui secoue le pays.

Plus qu’une folle année, l’année 2020 aura été cruelle. Et pour cause, le covid-19 a dicté sa loi et continue d’instaurer la psychose au sein de la population. En mars 2020, le Cameroun a enregistré son premier cas de contamination au covid-19 et au fil des jours les vagues de contaminations s’en sont suivies, entraînant de nombreuses pertes en vies humaines sur le territoire Camerounais, selon les chiffres rendus officiels par le ministère de la Santé Publique et relayés par la chaine nationale. Face à cette crise sanitaire d’envergure internationale, plusieurs chefs d’Etat ont fait des sorties inopinées pour exprimer leur émoi et adresser des messages de réconfort à leur population, sauf bien sûr au Cameroun.

Pourtant, beaucoup se seraient attendus que le président de la république, Paul BIYA vive avec eux les moments forts de la crise en leur adressant un message improvisé comme l’ont fait les autres sur la chaine nationale, Que non !  Au regard de l’actualité autour de la pandémie du covid-19 qui bouleverse encore plusieurs pays, c’est dix mois après que le président de la république, dans son discours de circonstance adressé à la nation camerounaise le 31 décembre 2020 déclare ce qui suit : « vous comprendrez j’en suis sûr que je commence ce message traditionnel en vous parlant de l’irruption sur notre planète de la pandémie du coronavirus, à cet égard l’année 2020 restera certainement dans les mémoires comme une année sombre marquée par des centaines de milliers de morts à travers le monde»

 Au-delà de cette crise sanitaire, le président de la république a exprimé en si peu de mots le malaise social et profond de la population qui tend à des allures de revendications politiques notamment dans les marches pacifiques vivement contestées par le gouvernement. Notons que la zone anglophone du pays a été en 2020 le théâtre de violents affrontements entre les sécessionnistes et les forces républicaines entraînant de nombreux déplacés internes et la psychose au sein de la population. A en croire cette adresse, le président de la république est conscient de la menace qui plane, à fortiori, il n’a pas manqué de le souligner dans son discours « la situation est différente dans nos régions du nord-ouest et du sud-ouest où des groupes armés, entretiennent un climat de terreur et d’insécurité »  la situation sociale au pays est si préoccupante tel que le fait observer le président de la république à travers son discours  « c’est le moment pour moi d’en appeler , une fois de plus, à la responsabilité des pays amis qui hébergent les commanditaires et des organisations qui financent  et animent, par divers canaux, les bandes armées dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest »  face à toutes ces grandes crises sociales qui secouent le pays, nombre de camerounais n’ont pas été satisfaits du discours car disent-ils « nos attentes n’ont pas été comblées »

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.