Environnement : Campo et Niété se rapprochent du désert

Environnement :  Campo et Niété se rapprochent du désert

Les conséquences des activités de la société Camvert sont désormais perceptibles au sein de la population qui crie au scandale.

Difficile s’annonce l’horizon de l’entreprise Camvert, engagée dans une exploitation forestière contestée du côté de Campo et Niété depuis de long mois déjà. Entre coupes des arbres illicites, destruction des forêts sacrées, menaces sur la faune et la flore, les populations de campo- Nieté demandent tout simplement le départ de cette entreprise, source de leurs malheurs actuels et à venir.

Une situation criarde qui aura conduit les populations de ces deux localités à signer en date du 23 Février 2021, un communiqué dans lequel elles s’offusquent de l’exploitation illégale de leur forêt par l’entreprise Camvert.

En effet, selon les informations récentes collectées lors de la descente sur le terrain à campo, du 25 au 27 Mai 2021 des journalistes venus de Yaoundé et de Douala toucher du doigt cette réalité, au moins six communautés autochtones Bagyeli et Bantoues manifestent leur opposition radicale par rapport au projet Camvert.

Les arguments avancés tiennent à la fois de la destruction de leur milieu de vie et de la mise en hypothèque de l’avenir de toute une communauté, de générations en générations, ainsi que le précise R. Mouem du village Akak : « Ce projet va nous détruire tous, ainsi que nos enfants et petits-enfants. Il n’y aura plus rien ici. Si maintenant on n’a plus rien même pour manger, que ferons nos enfants après. Nous ne sommes pas d’accord, Camvert doit quitter nos forêts. »

Dans l’écho de cette voix tourmentée pleine d’émotion, des frustrations de toute une population, laquelle, au-delà des conséquences néfastes de camvert sur leur environnement de vie, dénonce aussi la duperie dont elle aura été victime au moment de l’installation de Camvert, avec la complicité de certains agents de l’administration publique : « Ils ne nous ont pas consulté. Ils sont venus, ont pris quelques chefs du village et les ont amenés à Campo chez le sous-préfet pour signer certains documents. Beaucoup de chefs ont refusé, mais ils sont revenus plus-tard en nous disant qu’ils ont déjà l’autorisation d’exploiter nos forêts, ce qui est faux », explique R. Mouem du village Akak.

C’est par cette ruse que Camvert a pu en 2020, défricher au moins 1500 hectares de forêts en violation de la législation camerounaise en vigueur, pour planter du palmier à huile à Campo. Le projet est mis en œuvre en violation des droits des communautés qui voient leurs droits d’usage à l’UFA 09 025 déniés, car ils n’ont pas été consultés ni associés à l’élaboration des cahiers de charges brandis par l’entreprise.

Christian Essimi

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.