Eseka : Reprise des activités à Camrail sous fond de deuil

Eseka : Reprise des activités à Camrail sous fond de deuil

 La mise en service à nouveau de la ligne ferroviaire reliant Douala à Yaoundé ne suffit pas à laver le sang des victimes de la catastrophe du 21 Octobre 2016.

La date du 21 Octobre 2016 restera à jamais un triste et effroyable souvenir pour les familles du drame d’Eseka et le Cameroun tout entier. L’effondrement d’une buse sur l’axe lourd Douala-Yaoundé avait obligé les voyageurs à se ruer vers la gare ferroviaire où, Camrail, pour répondre à la forte affluence avait opéré des choix. Un choix dangereux, imprudent et irresponsable, qui laissera sur le carreau, à Eseka, près de 80 morts de sources officielles et près de 600 blessés.

 Pendus à la potence de l’imprudence et de la négligence

  « Le train qui se trouve déjà à une trentaine de km d’Eseka dégage une forte odeur de freins fumés, témoigne un survivant, on commence à s’inquiéter (…) Subitement juste après la traversée, de cette vallée avec un train suspendu à une hauteur de 50 m environ, la vitesse change brusquement( …) j’entends des bruits étourdissants ». Les passagers du train 152 en provenance de Douala et à destination de Yaoundé n’auraient certainement jamais imaginé vivre une telle horreur. Horreur à imputer, selon les conclusions de l’enquête, à la « vitesse excessive » du train, soit 96km/h au lieu des 40 km/h réglementaires, à l’état défectueux du système de freinage,  à une « surcharge du convoi » et à un « rallongement inapproprié de la rame » soit 09 wagons en plus des 08 réglementaires, entre autres causes désignées.

 L’alarme avait pourtant été tirée, apprendra-t-on, par le conducteur de train dont les inquiétudes et réserves avait alors été ignorés.

 L’accident qui surviendra quelques heures plus tard lui donnera raison et positionnera Camrail en principal responsable du drame. L’impossible oubli « Cette rencontre se tient au lendemain de la haute autorisation du Chef de l’Etat pour le lancement du train express Douala-Yaoundé » déclarait Jean Ernest MASSENA NGALLE BIBEHE le 22 Juin 2021 dernier au terme d’une séance de travail extraordinaire qui mettait autour de la table, le comité interministériel des infrastructures ferroviaires, le comité de transport voyageurs et le Directeur Général de Camrail. Alors que le Gouvernement Camerounais vient de donner son accord pour la reprise le 01 juillet 2021 des activités sur cette ligne, difficile de ne pas revoir surgir le souvenir de ce drame à la suite duquel les victimes ont été envahies par un sentiment d’abandon à leur malheur et de mépris de leurs morts.

Avec la reprise des activités à camrail, sur la voie ferroviaire Douala – Yaoundé,  le Cameroun entend peut être gommé les erreurs du passé, tirées de la fatidique journée  du 21 octobre 2016.              

Rolande Agong

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.