Cameroun : Mouvement JeVeuxMaCNI, La contre-attaque de la sûreté nationale.

Cameroun : Mouvement JeVeuxMaCNI, La contre-attaque de la sûreté nationale.

Depuis la vague des manifestations sur ma question de la CNI, le gouvernement passe à offensive.

C’est le biais de ce message : CNI Cameroun la délégation générale à la sûreté nationale (DGSN) met à la disposition du public deux numéros WhatsApp connaître de la situation de délivrance de votre CNI.

Il s’agit des numéros WhatsApp 693 30 23 55 et 695 70 62 91.

Comment ça fonctionne ?

Vous devez filmer votre récépissé et le joindre à l’un des numéros WhatsApp de la DGSN 693 30 23 55 ou 695 70 62 91 alors vous allez recevoir l’un des messages suivant votre cas :

– votre carte est disponible et vous devez vous diriger au point d’identification correspondant à la délivrance de votre récépissé ;

– votre CNI est en cours de production et sera disponible dans les tous prochains jours ;

– vous êtes en situation de double identité alors vous devez recommencer le processus de votre identification en précisant votre demande au retour de l’identité première ;

– votre CNI ne peut être produit à cause d’informations erronées alors vous devez vous identifier de nouveau au point d’identification de votre choix.

Ces numéros de la DGSN sont uniquement WhatsApp et ne reçoivent pas d’appels. La DGSN compte sur votre sens du civisme. » devenue virale sur les réseaux sociaux que la rédaction de focus média Afrique a reçu l’information sur l’évolution du processus de résolution de la crise de la CNI.

 Précisons que depuis plusieurs mois, le Cameroun fait face à une forte perturbation dans les délivrances des cartes nationales d’identités. Les autorités en charge évoquent quelques dysfonctionnements techniques et le changement d’opérateur, mais ces arguments peinent à calmer des citoyens qui ont déjà passés plusieurs mois sans ce précieux sésame. Le 08 janvier les citoyens portés par le mouvement je veux ma CNI ont manifesté leur colère à travers les différents canaux de communication. 

Fort de ce combat qui porte haut ces réclamations de ces sans voix, le mouvement gagne en intensité au point d’atteindre une masse critique. Lors d’une conférence de presse aux allures de communication de crise, Dominique BAYA, le secrétaire général de la délégation générale de la sureté nationale (DGSN) va expliquer les raisons des retards et pénuries des cartes identités et passeports. Il faut noter que face à cette grogne le gouvernement ne reste pas sourd à cette revendication d’où les mesures prises mentionnées dans le communiqué ci-dessus. Croisons les doigts pour que toute les parties impliquées dans notre de la délégation générale de la sureté nationale joue chacun sa partition pour définitivement tourner une des pages sombre du contrat social qui lie l’état à ses citoyens

Faustin KAMGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.