Cameroun : Questionnements autour de la pérennisation de la langue maternelle

Cameroun : Questionnements autour de la pérennisation de la  langue maternelle

C’est à l’occasion de la célébration ce 21 février 2021, de la journée internationale de la langue maternelle sous le thème « Promouvoir le multilinguisme pour l’inclusion dans l’éducation et la société ».

 Le cameroun dispose environ de 300 langues vernaculaires. Une richesse que le pays semble exploiter car, le processus d’apprentissage se déroule plus ou moins correctement.

Au secours de la langue maternelle

A ce sujet, l’écrivain Nanan AKASSIMANDOU déclarait ce qui suit:  » le déracinement et la perdition commencent par la perte de sa langue maternelle. » Il reconnait par là que la langue maternelle doit  être inculquée d’urgence à la petite enfance afin que quiconque ne la perde jamais. À la question de savoir comment le processus d’apprentissage de celle-ci se passe en famille? Il est à noter que plusieurs obstacles entâchent cet exercice notamment, l’absentéisme des parents, à qui il incombe la tâche d’apprendre la langue maternelle aux enfants.

La nécessité de s’approprier sa langue

Toutefois, on peut aussi noter des parents qui apprennent et lisent la langue maternelle avec leurs enfants. Ceci à travers des exercices de présentation, de prononciation, des tutoriels. Aussi, on observe des familles où l’on ne parle que la langue maternelle C’est le cas chez Jean NUEMSI, chef de famille qui déclare ce qui suit. » les langues sont des véhicules de la culture, et lorsqu’on veut s’approprier sa culture, il faut commencer par s’approprier sa langue maternelle. » Par contre, certains citadins sont souvent obligés d’aller au village pour apprendre à parler leur langue maternelle au coté de leur grand-mère car, selon eux, celle-ci n’est pas la plus prisée à la maison.

Le gouvernement joue le brancardier de la langue

Au delà de tout ceci, afin d’éviter la chute vertigineuse et la disparition des langues locales, le gouvernement camerounais a initié des projets visant à porter un triomphe leur apprentissage. Cela même, par   l’introduction de certaines langues dans le cursus scolaire notamment, le Bassa, le foufouldé, le Woumala’a et bien d’autres.  Alors, il urge d’insuffler des dynamiques plus fortes à la promotion des langues maternelles.

Martial SOP

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.