Cameroun : Cacophonie énergétique sans fin entre deux géants.

Cameroun : Cacophonie énergétique sans fin entre deux géants.

Confronté au manque criant d’énergie électrique, le peuple à tort ou à raison rejette la faute à Eneo et crucifie Sonatrel.

La question d’énergie au Cameroun est devenue une priorité nationale. Troisième potentiel énergétique en Afrique, l’Etat a mis sur pied des structures pour booster le secteur. Il s’agit de sonatrel et eneo qui s’occupent de la distribution et de la commercialisation d’énergie électrique. On serait donc en droit de se demander quels sont les rôles de ces différentes structurent ?

SONATREL est une entreprise à capitaux publics qui assure le transport de l’énergie électrique et la gestion du réseau de transport pour le compte de l’Etat. IL s’occupe également de la maintenance, de l’exploitation, du développement du réseau public, de la planification, de la maitrise des infrastructures et ouvrages de transport d’électricité ainsi que la recherche et de la   gestion de financement.

Plus de 50% des poteaux en bois dans le pays sont en état de pourrissement très avancés et c’est à sonatrel qu’incombe la responsabilité de les remplacer. Selon les prévisions d’Eneo à l’horizon 2025, des investissements d’ordre de 700 milliards devraient être consentis pour la modernisation du réseau de transport de l’électricité au Cameroun.

Parlant de l’Eneo c’est un opérateur du secteur d’électricité, spécialisé dans la commercialisation de l’énergie électrique, elle répond à la demande sans cesse croissante en électricité, en fournissant une énergie fiable et sécurisée, aussi il offre un service de qualité et facilite l’accès à l’électricité au plus grand nombre et protège le public par la sensibilisation sur les dangers du courant électrique.

 Notons que malgré ces efforts, le pays perd un demi-point de croissance chaque année à cause du déficit énergétique. On constate que la pénurie a un impact négatif sur les projets structurants. Pour inverser la tendance, le pays devrait investir 3700 milliards de franc CFA dans le secteur d’énergie jusqu’en 2025.Ainsi, son taux pourrait passer de 50% à 75% dans les grandes métropoles avec une réduction de 85%des interruptions de fourniture d’électricité. On pourrait passer du statut de délestage à un statut honorable d’exploitant d’énergie électrique dans la région.

 Faustin kamgue

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.