Entre autoritarisme et velléité de professionnalisation ; l'an un de Samuel Eto'o à la FECAFOOOT.

Entre autoritarisme et velléité de professionnalisation ; l'an un de Samuel Eto'o à la FECAFOOOT.

C’est un « bilan mitigé », nous confie le consultant Yvan Kamwa. La relance du championnat, l’amorce de la revalorisation des conditions de vie des footballeurs et le retour du public dans les stades contrastent avec une gestion sans partage, la mise à l’écart de contradicteurs et une omniprésence presque gênante au sein de la tanière. Autopsie de la première année de Samuel Eto’o à la tête de la FECAFOOOT.

Élu le 11 décembre 2021 à la tête de la Fédération Camerounaise de Football avec 43 voix contre 31 pour son unique adversaire Seidou Mbombo Njoya, l’ancien attaquant camerounais dirige depuis lors d’une main de fer l’instance faîtière du Football camerounais. Son credo : Redonner au football camerounais toute sa grandeur. Dès le lendemain de son élection, il va marquer les esprits à Tsinga, siège de la FECAFOOOT, en ordonnant la fermeture du portail après 8 Heures pour les employés retardataires. Il procédera à grand renfort de publicité à la visite du siège de la FECAFOOOT en construction. Mais depuis, plus rien ! Entre temps, Samuel Eto’o fils va entamer comme promis durant sa campagne des négociations pour mettre fin aux contentieux de la FECAFOOOT avec diverses fractions. Mais le premier coup d’éclat de cette mandature intervient le 18 mai 2022, quand Benjamin Banlock, le secrétaire général par intérim de la fédération et protégé de Samuel Eto’o claque la porte. Dénonçant au passage des pratiques managériales peu orthodoxes et regrettant le fait que l’administration soit réduite  » aux danseuses du président « .

À partir du mois de juillet 2022, la FECAFOOOT va lancer un appel d’offres pour la recherche d’un nouvel équipementier. Une annonce qui va sonner le glas d’une confrontation sans précédent avec le Coq Sportif, jusque là équipementier des lions Indomptables et encore sous contrat. Mais Samuel Eto’o en a décidé autrement. C’est One All Sports qui ira au mondial avec les lions Indomptables et ce, malgré une décision du tribunal de Nanterre maintenant la marque française dans ses droits. L’épisode de l’assemblée générale du mois d’août sera marqué par la radiation de Guibaï Gatama du COMEX. Principal contradicteur de Samuel Eto’o, il demandera sa démission après la décision du tribunal espagnol condamnant l’ancien joueur pour fraude fiscale en Espagne. Le comité exécutif de la fédération votera au passage une loi pour faire passer le mandat du président de 4 à 7 ans.

Sur le plan sportif, l’équipe nationale du Cameroun qui a obtenu son ticket pour le mondial Qatari après l’arrivée de Rigobert Song n’a pas pu faire mieux qu’une troisième place au sein de son groupe G avec le Brésil, la suisse et la Serbie. Une participation émaillée par des problèmes internes et l’omniprésence parfois décriée du Président de la FECAFOOOT au sein du staff technique de l’équipe.

Au niveau local, la relance du championnat et le regain d’intérêt du public sont des indicateurs de l’amorce de ce chantier périlleux. Il y’a aussi la volonté affichée de l’exécutif de Tsinga de doter les footballeurs du championnat camerounais de meilleures conditions de travail.

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.